Imprimer
appel covidLe contexte de pandémie COVID-19 liée au coronavirus SARS-Cov-2 génère une inquiétude chez les patients ayant une cardiopathie congénitale, enfants et adultes, ainsi que dans leur entourage.
 
Cependant, le risque en cas d’infection par coronavirus est peu augmenté par rapport à la population générale et les consignes données aux patients sont donc similaires à la population générale.
Suivre les communications régulières de la FCPC, filière Cardiogen, M3C ou de l'HEGP

 

Les psychologues coordinatrices de la filière CARDIOGEN sont présentes pour vous accompagner, vous écouter et répondre à vos questions ; cliquez sur ce lien pour obtenir les coordonnées !

Enregistrez-vous sur notre site, et échangez sur notre forum kunena logo

Suivez-nous sur nos réseaux sociauxfacebook icon Facebooktwitter icon Twitterinstagram icon Instagramtumblr icon Tumblr, et partagez avec nous votre expérience de confinement - envoyez nous vos vidéos sur instagram icon Instagram ou tiktok icon TikTok.

 

Plus d'informations générales : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus


covidbanPour répondre aux questions des patients et de leurs proches, l'association à mis en place une Foire Aux Questions [FAQ]
 
Ce questionnaire a été complété et approuvé par les Cardiologues Congénitalistes ; Dr Virgine Lambert, Dr Marielle Gouton et Dr Magalie Ladouceur - Merci à toutes les trois pour le relecture attentive, et leur engagement pour l'association.
 

Les bébés et les jeunes enfants sont peu touchés par l'épidémie du coronavirus. Les formes sévères chez les enfants sont extrêmement rarissimes. Le risque en cas d’infection par le Covid-19 des enfants porteurs d’une malformation cardiaque n'est pas différent de celui de la population générale. Néanmoins, ils peuvent être porteurs du virus et vecteurs de la maladie. Les mesures barrières s’appliquent donc de façon identique et de façon stricte.


NON - le risque de contagions est le même que pour le reste de la population. Appliquez Les mesures barrières de façon identique et de façon stricte.


Restez à domicile et éviter les contacts. Appelez votre médecin traitant sans vous déplacer à son cabinet. Favorisez l’utilisation de la téléconsultation. Tenez au courant votre cardiologue référent.


 

Ne vous déplacez pas à l’hôpital.

Appelez immédiatement le 15 et notifiez vos antécédents cardiaques.


À ce jour, il n’y a pas de données permettant d’émettre un avis scientifique sur un risque plus élevé pour les adultes porteurs d’une cardiopathie congénitale de développer une forme grave de la maladie. Cependant, par mesure de précaution, les cardiologues considèrent comme à risque les situations suivantes :


NON - N’arrêtez pas votre traitement sous immunosuppresseurs ou sous corticoïde. En cas de signes d'infection (fièvre, toux, difficultés respiratoires, courbatures...) demandez un avis médical. Seul votre cardiologue référent ou de votre médecin généraliste pourront vous demander de le suspendre.
Si vous êtes sous corticoïdes ou immunosuppresseurs, vous êtes plus fragiles. Restez autant que possible à votre domicile.
Ne sortez que pour l’essentiel (courses alimentaires ou soins urgents) et limitez les contacts. Evitez impérativement les contacts rapprochés avec toute personne souffrant de toux et de fièvre.


NONLe risque pour les patients cardiaques de développer une forme grave de la maladie liée au covid19 est associé aux problèmes coronariens et/ou thrombotiques. Les traitements anti-agrégants et anticoagulants évitant à ces problèmes, ils ne doivent absolument pas être interrompus en cette période d’épidémie.


NON – le coronavirus ne se transmet pas au fœtus.


Une étude clinique est actuellement en cours en France pour tester l’efficacité de ces molécules contre le virus au même titre que d’autres traitements potentiels. Le Haut Conseil Scientifique a recommandé, à ce stade, de ne pas utiliser l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19, à l’exception de formes graves hospitalières, sur décision collégiale des médecins et sous surveillance médicale stricte. La prescription de l’hydroxychloroquine pour le traitement du Covid-19 en dehors du cadre hospitalier n’est pas autorisée.


NON - La chloroquine ou l’hydrochloroquine ne sont pas considérées comme des substances inoffensives que l’on pourrait prendre sans avis médical dans l’espoir de guérir du Covid-19. Les médecins alertent sur les risques de l’automédication. Pris sans précaution et sans électrocardiogramme préalable, ces médicaments peuvent entraîner des troubles sévères du rythme cardiaque.


Toutes les consultations non-urgentes ont été reportées, mais les maladies chroniques ou qui nécessitent une prise en charge rapides sont toujours traitées.
Donc, si votre cardiologue a maintenue votre consultation, c’est qu’il la juge importante pour votre suivi médical. Les problèmes de santé en dehors du coronavirus sont toujours pris en charge.

De même, les consultations pour les nouveaux nés et les bébés de moins de 6 mois qui ont un souffle de découverte récente sont également maintenues car celà peut être le signe d'une cardiopathie congénitale qui nécessite une surveillance rapprochée.


Toutes les opérations non-urgentes ont été reportées, mais si votre cardiologue et votre chirurgien l’ont maintenue c’est qu’il juge nécessaire qu’elle soit réalisée rapidement. Les conditions de prise en charge seront identiques voir renforcées.
L’accès aux visites est extrêmement limité, mais les chambres mère-enfant restent selon les hôpitaux possibles en respectant un confinement strictes.


Oui - si votre problème cardiaque a été déclaré en Affection Longue Durée (ALD) tel que ; Insuffisance cardiaque grave, troubles du rythme graves, cardiopathies valvulaires graves, cardiopathies congénitales graves.

Vous pouvez remplir une demande d'arrêt de travail vous même en vous rendant sur ce lien : https://declare.ameli.fr/assure/conditions


Oui - Vous pouvez vous faire arrêter par votre médecin traitant ou un médecin de ville, de préférence en téléconsultation comme le recommande l'Assurance Maladie : https://www.ameli.fr/paris/assure/actualites/covid-19-les-proches-dune-personne-vulnerable-peuvent-beneficier-dun-arret